Make your own free website on Tripod.com



Un Paradis


 


Un court vol de 20 minutes depuis la ville de Panama vous fera revivre dans un passé de plusieurs siècles, quand vous visiterez la terre des indigènes Kunas, lesquels conservent leurs traditions de vie millénaire et leurs anciennes coutumes.

L'Archipel est constitué d'environ 365 iles et ilots, dont une centaine sont habités, approximativement 100 "cayos" sans nom, 113 nommés, et environ 30 îles, toutes coralligènes.

Les femmes portent une jupe et une blouse de couleurs vives, décorée sur la poitrine et le dos avec la fameuse "Mola", l'expression la plus authentique de l'art indigène.

Aux poignets et chevilles elles utilisent des ornements de bracelets constitués de fines perles de plastique de couleurs rouge et or, ainsi que des chaînes, des décorations pectorales, et des anneaux d'or dans le nez, complétant ainsi les parures d'utilisation quotidienne.

L'aventure aux San Blas peut être le séjour dans une île inhabitée, une tournée de pêche, admirer des danses et rites traditionnels, pratiquer la plongée, la pêche sous-marine, profiter de la jouissance des eaux cristallines ou simplement de la tranquillité dans un hamac bercé par la brise, ou se laisser bronzer au soleil.

Région fascinante, primitive et mystérieuse. Sa beauté inépuisable attire des centaines de personnes chaque année, captivées par ses grands attraits naturels, difficiles à trouver en ces temps de tant d'avance technologique.

Notre "paradis" a la magie d'étonner le visiteur chaque fois que celui-ci arrive ou revient, comme si c'était la première fois, et de calmer l'esprit fatigué par le train-train journalier de la vie moderne.

La "Comarca de Kuna Yala", organisée selon la Loi 16 de 1953, et déclarée "réserve indigène" en accord avec la Loi 20 de 1957, est connue comme San Blas, et comprend une frange étroite de terre ferme, qui s'étend depuis le Golfe de Mandinga ou San Blas, jusqu'à la frontière avec la Colombie.

Son littoral est bordé par quelques 365 îles, certaines portant un nom, d'autres non ; entre "cayos" (îles plus petites), îles et îlots, connues comme Archipel de San Blas et des Mulatres. La Comarca est étendue sur quelques 200 milles le long de la côte panaméenne de la Mer des Caraïbes.

L'archipel fut visité et admiré depuis les temps anciens, par Christophe Colomb lui-même, qui leur a donné le nom d'Archipel des Barbes, qui a ensuite été changé pour Îles Sambellas; au fil du temps elles furent connues comme Archipel des Mulatres, Archipel de la Sonde, et aussi Îles Pabiras.

De nos jours, la Comarca est habitées par les Indigènes Kunas, descendants des Caraïbes, et qui ont pu conserver enracinées durant de longs siècles, leurs coutumes et traditions, rites et croyances, comme si le temps se serait arrêté dans ce lieu paradisiaque.

Ils sont monoteístes, monogames, et pour eux l'adultère est un délit. Ils croient aux superstitions. Sont petits de stature, le cou court, la tête grande, un large dos, robustes de poitrine, les jambes courtes, les pieds petits, et sont en outre très intelligents; certains parviennent à dominer plusieurs langues, et à gravir les échelons jusqu'á de hautes positions dans le cadre politique et commercial du pays.

Bien qu'en petite quantité, certains habitent dans les bassins des fleuves Bayano et Chucunaque. Dans leur majorité, ils se sont installés dans les îles où ils ont occupé une cinquantaine de ces iles de l'archipel. Ils évitent de vivre sur les côtes de terre ferme, pour éviter les moustiques et les serpents, dans les îles ils sont libres de ce risque. Sur la terre ferme se trouvent la majorité de leurs cultures et de leurs cimetières.

Le vêtement typique des femmes représente un grand attrait pour les étrangers, par ses couleurs et son aspect voyant. Elles s'habillent quotidiennement avec une blouse confectionnée à la main avec des "molas", une jupe enveloppante, un foulard rouge avec des motifs jaunes sur la tête, et des ornements genre bracelet aux bras et jambes, confectionnés par elles-mêmes, avec des perles de couleurs, toujours dans les tons rouge et jaune. En outre, dés très petites elles ont pour habitude de porter un large anneau d'or dans le nez, et certaines, de grandes boucles rondes aux oreilles, ainsi qu'également elles peuvent porter des colliers de perles de couleurs, d'or, de coquilles, de graines et des bagues d'or. Les hommes, au contraire, s'habillent de manière sobre, de style occidental, résultant presque exceptionnel l'utilisation d'un chapeau noir pour certaines occasions spéciales.

Les "Molas" mondialement célèbres font partie de l'héritage culturel du peuple kuna, et sont utilisées par les nationaux et étrangers dans la confection de nombreux articles, tels des articles d'habillement et de décoration ou de parures. Les "Molas" confectionnées par les femmes sont apparues vers le milieu du dix-neuvième siècle, quand ils ont émigré dans les îles et sont entrés en contact avec d'autres peuples.

En accord avec l'histoire par eux réunie et relatée, les "molas" sont apparues quand la Divine Providence a envoyé Ibeorgun et sa soeur Olokikadiryai, lesquels leurs ont donné des instructions sur la conception, le dessin et la confection de ces dernières. Bien qu'ils essayent que leurs coutumes ne soient pas altérées par l'influence du monde extérieur, les matériaux utilisés dans la confection des molas sont à présent acquis dans les commerces de la ville de Panama ou en Colombie.

Leur économie est basée sur l'agriculture et la pêche, leur principale culture étant la noix de coco qui est utilisée non seulement pour la consommation, mais aussi comme monnaie d'échange commercial. Selon les lois Kunas, celui qui vole une noix de coco encourre une peine de prison.

La Comarca possède une autonomie administrative et politique, reconnue par le gouvernement national. Chaque Communauté a son chef ou Sáhila, le Nele est le chef de plusieurs Communautés, et l'autorité maximale est le Congrès Général Kuna, intégré par les sáhilas et les délégués des différentes Communautés. Entre eux tous, ils élisent un intendant qui sert d'intermédiaire entre la Comarca et le gouvernement panaméen.
Malgré son autonomie, le gouvernement national maintient dans la région, écoles, centres de santé, hôpitaux, stations de police, et pistes d'atterrissage.

La Comarca est divisée en 4 districts : Ailigandí, Narganá, Tubualá et Puerto Obaldía. Le siège de l'Intendance est Porvenir, chef-lieu du district de Narganá.

Comment visiter San Blas ?
Il est recommandé qu'avant de visiter toute communauté indigène, on s'informe un peu sur ses coutumes, pour ne pas risquer d'entrer en conflit avec les habitants de celle-ci. Bien qu'il y ait des règles qui s'appliquent également pour tous, chaque communauté a quelques spécificités, qu'il est préférable de connaître avant de les visiter.

Quotidiennement, depuis l'Aéroport Marcos A. Gelabert d'Albrook, dans la capitale, très tôt le matin, sortent en direction de la Comarca de San Blas les petits avions qui peuvent vous transporter vers divers points de la région. Et bien que chacun puisse organiser son propre voyage, il est préférable d'avoir effectué sa réservation d'hôtel auparavant, ce qui facilitera les démarches d'entrée à la Comarca, et la mobilisation entre les diverses îles, outre le fait que cela vous aidera beaucoup dans votre échange avec les indigènes, car ils vous donneront toutes les indications nécéssaires au sujet de la région de votre choix.

Le voyage peut durer de 1/2 à 1 heure, suivant le lieu où vous vous rendez. Il n'y a pas de vols de retour dans l'après-midi, à moins que ce ne soit un vol "charter". Le retour se fait également tôt dans la matinée et journellement, bien que ce ne soit pas obligatoirement valable pour toutes les îles. En effet, soyez prêt à tout, car même avec un billet de retour et une "réservation", l'avion ne passe pas dans chaque ile s'il n'y a pas assez de passagers.

Où se loger ?
La Comarca de San Blas compte avec plusieurs hôtels parmis lesquels nous pouvons mentionner, le San Blas dans l'Île de Nalunega, Sugtupu; La Palmera à Ailigandí, l'hôtel Anai, l'hôtel Narganá, l'hôtel Uaguitupo dans l'Île de Achutupo, le Kuanidup à Río Sidra et Kuadule, et aussi à l'ile Yandup.

 

Principales Communautés des San Blas


El Porvenir

El Porvenir:
Chef-lieu de la "Comarca", El Porvenir possède plusieurs plages et est le centre administratif des bureaux gouvernementaux. C'est aussi le siège de l'intendance de la Comarca.


Depuis là on peut facilement se déplacer vers les iles proches, et même parvenir jusqu'à Puerto Obaldia, qui est le dernier point du territoire panaméen, touchant la République de Colombie.


Narganá

Communauté de Narganá:
L'ile comunique par un pont de bois à un autre village, politiquement divisé de celui-ci, appelé Corazón de Jesús, c'est donc une ile qui possède deux comunautés. Celles-ci sont assez cultivées, bilingues, et leur population utilise même des vêtements occidentaux.
Ces deux villages sont administrés par leurs "Sahilas" (chefs indigènes qui détiennent l'autorité sur la communauté dans laquelle ils vivent).

En quinze minutes en Cayuco on peut également visiter l'ile du Tigre, un village trés traditionnel où les femmes portent toujours les parures de Molas et pratiquent les rites traditionnels.


Art Kuna

Wichubwala:
Dans tout l'archipel le touriste est le bienvenu, mais on trouve d'excelents services dans cette belle ile, avec un trés bon hôtel qui possède des bungalows, une piscine marine avec des langoustes, offre des tours de pêche où d'aventure dans les iles proches, habitées ou désertes, on peut même y louer des équipements de plongée ou de pêche sous-marine, excepté les bouteilles d'oxygène
.


Confection de Mola

Ile de Nalunega:
Son nom signifie "la maison du Pargo", (poisson genre Pageot), elle est trés attrayante et ses maisons sont traditionnelles. Cette communauté bénéficie des services de l'ile de Porvenir. On trouve ici l'hôtel San Blas avec 10 cabannes de style de construction Kuna, dont les prix incluent les trois repas ainsi que des excursions dans les iles voisines.


Indígène Kuna

Communauté de Cartí-Sugtupu:
Ici on trouve un hôtel qui appartient à la communauté indigène. Il y a des services de radio communication, de courrier, une bibliothèque, une école primaire, l'electricité, de petits commerces, une boulangerie, une église catholique, un centre de santé, et un aérodrome.


Danse Traditionnelle Kuna

Communauté de Aligandí:
Cette communauté compte avec un hôpital moderne, des restaurants modestes, des commerces, son église, un aérodrome, un service de courrier et de radio communication. On y trouve également l'hôtel La Palmera avec son restaurant et bar, qui est propriété d'une coopérative d'habitants du village.

Akuanusadup (Corazón de Jesús)

Cette petite île de l'archipel de San Blas possède une population de quelques 600 personnes et elle communique par un solide pont en arc avec l'Île de Narganá.
Corazón de Jesús en langue indigène se dit Akuanusadup, ce qui signifie Île de la Pierre Magique.
La particularité tant de cette île comme celle de sa voisine, c'est qu'ici, après de nombreuses années de voyages incessants de ses habitants vers la capitale à la recherche de meilleures conditions professionnelles, elle s'est transformée en une population avec une grande influence occidentale.

Si vous observez une indigène dans son vêtement autochtone, cela signifie qu'elle provient d'une autre île et est en visite. Ici personne ne revêt le vêtement typique, et la majorité des maisons sont de ciment, allant même jusqu'à avoir deux étages.

Corazón de Jesús (patron de l'Île) possède église catholique et protestante, ainsi que des magasins et une série de services qu'elle reçoit en commun avec sa voisine. Toutes deux disposent de l'électricité et l'eau potable qui arrivent jusqu'à elles par une canalisation sous-marine depuis la montagne où elle est traitée.

Selon ce que racontent les résidents les plus anciens, la civilisation est arrivée à Akuanusadup durant l'année 1907, et c'est dès ce moment qu'a commencé l'organisation des communautès avec zaila et cacique, le premier cacique fut Carlos Robinson, un kuna qui venait d'étudier dans l'Île de Providence, (en Colombie).

Yandup ou Narganá

Cette île est plus grande que sa voisine Akuanusadup, et sa population est considérablement plus importante que dans la précédente, toutes deux forment une seule Communauté puisque les deux profitent également des services dont elles bénéficient.
Celle-ci a aussi une église catholique, San José étant le patron de l'Île.

Le nom indigène de Yandup se traduit par Île du Puerco de Monte (le Tapir). L'influence des grandes villes est encore plus marquée dans cette île, et le visiteur peut ainsi observer de jolies petites maisons comme s'il se trouvait dans un quartier des faubourgs de la capitale.

Ces îles disposent d'une école primaire, d'un premier cycle, d'un hôpital, d'une succursale de la Banque Nationale, d'un poste de police, d'une bibliothèque, entre autres. Autre chose curieuse de ces îles, c'est que de tout petit les enfants parlent déjà l'espagnol au lieu de leur dialecte.

Narganá dispose de l'hôtel Narganá, une structure de ciment dont la partie supérieure constitue le petit hôtel conçu pour abriter ceux qui viennent sur l'île pour des motifs de travail ou pour visiter des parents, plus que pour attirer le tourisme, pour lequel il n'est pas destinè.

Bien que ce ne soit pas le centre politique de la Comarca, pour le peuple indigène cette paire d'îles a une importance comme si elles étaient leur capitale. Tant à Corazón de Jesús qu'à Narganá, on ne demande pas au visiteur de payer pour prendre des photographies.

Pour retourner à la page initiale faites clic ici